Cap sur l'économie bleue

07 juillet 2016

Économie bleue

À bord de l'Amborella, le navire de la direction des Affaires maritimes de la Nouvelle-Calédonie, membre du Cluster Maritime.

À bord de l'Amborella, le navire de la direction des Affaires maritimes de la Nouvelle-Calédonie, membre du Cluster Maritime.

À l’initiative du Cluster Maritime Nouvelle-Calédonie, les premiers états généraux de la mer se sont tenus les 5 et 6 juillet, avec le soutien notamment du gouvernement. En ligne de mire, l'élaboration d'une stratégie maritime à l'échelle du pays.

Très attendues, ces rencontres ont fait salle comble que ce soit en séance plénière dans l'auditorium de la province Sud ou en ateliers de travail. Pendant deux jours, le Cluster Maritime Nouvelle-Calédonie (voir encadré) a réuni les acteurs de la mer – entreprises, collectivités, institutions – afin d'échanger sur les enjeux maritimes. Comme base de réflexion, le regroupement de professionnels de la mer a établi, avec l'aide de ses membres, un rapport de synthèse qui passe au crible 26 secteurs d'activités porteurs (aquaculture, pêche, croisière, conseil et expertise en développement durable, fret, sports nautiques...).

 

Le président du gouvernement aux côtés du Haut-commissaire et des représentants de la province des Îles et du Sénat coutumier.

Le président du gouvernement aux côtés du Haut-commissaire et des représentants de la province des Îles et du Sénat coutumier.

« En cette période de réforme de notre modèle économique, ces états généraux sont le point de départ d'une politique de la mer à construire, d’une véritable stratégie concertée entre acteurs professionnels et publics », a déclaré le président du gouvernement lors de la clôture des travaux.

 

 

Protection et valorisation

Encore peu représentée en Nouvelle-Calédonie au regard de son potentiel, l'économie maritime ou « économie bleue » est un vecteur de développement et d'activités nouvelles : biotechnologies marines, ressources minérales, énergies renouvelables... Le gouvernement, qui a créé la plus grande aire marine protégée au monde, est à plus d'un titre impliqué dans ces questions. « Notre défi aujourd'hui, notamment  dans la gestion du parc de la mer de Corail, est de combiner la protection de notre patrimoine naturel avec le développement des activités économiques. Pour ma part, j'y vois plutôt une complémentarité. La valorisation de ce bien doit permettre d'attirer le soutien de la communauté internationale, en particulier scientifique, a souligné Philippe Germain. La mer est à la fois un patrimoine, un potentiel de développement économique, mais elle est aussi une véritable passion pour les Calédoniens. En la protégeant, nous pouvons en tirer un meilleur profit économique. Il est temps de se tourner vers une économie bleue en Nouvelle-Calédonie », a conclu le président.

 

Un groupement pour la mer
Créé en 2014, le Cluster Maritime Nouvelle-Calédonie réunit, en tant que membres actifs, des acteurs économiques, culturels et environnementaux de la mer et en tant que membres associés, des organismes de recherche, des administrations dont la direction des Affaires maritime de la Nouvelle-Calédonie et des établissements publics comme le port autonome. Ses 65 adhérents actuels pèsent plus de 2 500 emplois et recouvrent une diversité et une richesse de métiers et de savoir-faire.