Le suivi de la pêche au large

pecheurs_a_quai.jpg
À l’octroi de la licence de pêche, tout armateur a pour obligation de participer à la production de statistiques sur l’activité de pêche de ses navires. À l’issue de chaque marée ou campagne de pêche, les capitaines des navires thoniers calédoniens et les armateurs s’engagent à remettre des fiches de pêche au service de la pêche et de l’environnement marin (SPE) de la DAM.

Les fiches de pêche

Le format de ces fiches (en téléchargement en bas de page) est fixé par l'administration et comporte des renseignements sur le navire, l'effort de pêche déployé (ou nombre de campagnes réalisées) et les captures effectuées. Concernant la pêche au thon, la fiche utilisée est un modèle standard développé par le secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS) et l'Agence des pêches du Forum (FFA). Tous les pays membres de la commission thonière du Pacifique centre et ouest (WCPFC) utilisent le même format de fiches afin que la commission des pêches du Pacifique central et occidental dispose d’informations statistiques. La Nouvelle-Calédonie est membre de cette commission.

Si la délivrance des licences annuelles de pêche et la remise des fiches de pêche après chaque campagne favorisent le suivi de l’activité de la pêche hauturière dans le parc naturel de la mer de Corail, d’autres mesures, dont le SPE assure la gestion, aident à ce que la Nouvelle-Calédonie remplisse son obligation internationale vis-à-vis de la WCPFC. Ces dispositions supplémentaires sont :

  • le programme des observateurs des pêches ;
  • le suivi satellitaire (VMS) des navires autorisés à pêcher ;
  • l’observatoire économique de la filière hauturière.
_navire_la_renaissance_cprogramme_observateur_embarque.jpg

Les observateurs des pêches

Ces hommes, ou ces femmes parfois, sont embarqués à bord des palangriers calédoniens depuis plusieurs dizaines d’années. Le programme d’observateurs des pêches existe depuis environ quinze ans, mais sa coordination a été relancée en 2008. Ce programme maintient un dialogue privilégié avec les navires de pêche et leurs armements. Grâce à la présence de ces observateurs lors des différentes campagnes, une collecte d’informations peut être faite : sur les navires, le travail des équipages, l'effort de pêche, les captures (ou espèces pêchées) et la mortalité par pêche concernant les captures accidentelles (requins, tortues, oiseaux). Les données ainsi recueillies complètent les informations fournies sur les fiches de pêche par les capitaines et les armateurs des navires, et permettent à terme de mieux connaître et caractériser l’activité de pêche thonière (son rendement, sa production, son effort de pêche et l’utilisation de la flottille calédonienne). Toutes ces informations sont ensuite transmises au secrétariat général de la Communauté du Pacifique pour être utilisées dans l’évaluation de l’état de l’écosystème pélagique et dans l’estimation des stocks de poissons au niveau régional, pour le compte de la commission des pêches du Pacifique central et occidental.

Le suivi satellitaire

Les capitaines des navires calédoniens autorisés à pêcher dans le parc naturel de la mer de Corail participent également au système de suivi de leurs activités par satellite. Ce système s’appelle VMS, pour Vessel Monitoring System. Mis en œuvre début 2005, il permet de disposer d’un suivi en temps quasi-réel des déplacements des palangriers. Cette surveillance complète le dispositif de fiches de pêche pour le suivi de l’activité, en aidant à détecter les manques dans les rendus statistiques des armateurs. Une réflexion est actuellement en cours concernant le devenir et l’évolution du système de suivi des navires.

 

Documents à télécharger